• Accueil
  • > Archives pour novembre 2013

RPN Travail à Distance du 12 novembre

Posté par cftcucanss le 26 novembre 2013

Ci-joint le compte-rendu de la CFTC suite à la dernière RPN consacrée au Travail à Distance :

 

fichier pdf RPN – travail à distance du 12 novembre 2013

 

L’équipe CFTC Ucanss

 

 

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Négociation FPC : La CFTC plaide pour une remise à plat du financement de la formation professionnelle

Posté par cftcucanss le 21 novembre 2013

La séance de négociation concernant la formation professionnelle de ce jeudi 21 novembre aura pour objet la mutualisation et le financement de la formation professionnelle. Au-delà de la question stricte du financement, la CFTC souhaite que soit instauré un réel droit universel à la formation tout au long de la vie, applicable à tous dès la fin de la scolarité et même après la retraite.
Outil privilégié de la mise en œuvre de ce droit universel, le compte personnel de formation (CPF) doit permettre à toute personne de se former, à son initiative et à tout moment, dès lors qu’un besoin a été identifié, que ce soit sur le marché du travail ou au sein même de l’entreprise.
Dans un contexte d’emploi difficile, la CFTC ne peut accepter qu’un salarié se voie refuser une formation pour des raisons diverses telles qu’un problème d’abondement du compte ou d’absence de prestataires.
Dans cette optique, la CFTC est prête à revoir le plan de financement de la formation professionnelle afin que l’ensemble des obstacles rencontrés par le salarié pour se former soit levé.
Afin de parvenir à cet objectif, la CFTC préconise une nouvelle répartition du financement de la formation professionnelle. En effet, la mise en œuvre effective du CPF appelle une réforme en profondeur. Dès lors, la CFTC revendique un financement dédié mutualisé, à hauteur de 0,05% de la masse salariale pour les entreprises de moins de 20 salariés et de 0,15 pour les autres.
La CFTC est très dubitative concernant l’abondement du compte par l’entreprise qui risquerait de créer une grande disparité entre les salariés selon la taille des entreprises et leur possibilité financière. Pour la CFTC, seul un abondement supplémentaire du compte de 10 heures par an au-delà des 120h actuellement (DIF), doit  permettre de maintenir une égalité d’accès pour tous les salariés à une formation qualifiante.
De plus, la CFTC considère qu’il est impératif de maintenir un versement obligatoire au titre du plan de formation. Pour les entreprises de moins de 10 salariés, la contribution s’élèverait à 0,35% mutualisée. Cette mutualisation est la seule garantie pour les salariés des TPE/PME d’accéder à une formation et ainsi remédier au déséquilibre actuel.
Pour les entreprises de 10 à 250 salariés, la contribution au titre du plan s’élèverait à 0,8%. Les entreprises de plus de 250 salariés quant à elles, seront soumises à un double dispositif : l’un obligatoire, avec le versement d’une contribution de 0,5 % mutualisé au titre du plan, le second sera facultatif. En effet, chaque  branche professionnelle sera invitée à négocier une contribution supérieure qui sera gérée directement par l’entreprise.
Enfin, la CFTC revendique que toutes les entreprises affectent au Fonds Paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP) un pourcentage de leur masse salariale et ceci afin de pérenniser son fonctionnement.
Philippe Louis – Président confédéral

Publié dans Societe | Pas de Commentaire »

Haro sur le télétravail

Posté par cftcucanss le 6 novembre 2013

Est-ce les excellents résultats du bilan d’étape qui effraient ? La peur de donner raison à la CFTC qui depuis 2008 a réclamé et obtenu en 2012 la mise en place du télétravail ?… Nous ne le savons pas. Mais force est de constater que des vents contraires se sont levés et soufflent de toutes parts.

Un changement d’attitude

En acceptant une expérimentation du télétravail, la Direction ne devait pas se douter de premiers résultats si positifs (cf. message du 24 septembre 2013 sur http://cftcucanss.unblog.fr). D’où une position plutôt marquée ces derniers temps. La Direction ne cesse de souffler le froid sur la validation de l’expérimentation. Les discours tenus officiellement et en « off » se veulent des plus inquiétants. Les retours positifs de l’expérimentation ne garantissent en rien sa poursuite et sa généralisation. Y mettra-t-on fin définitivement ? Réduira-t-on le nombre de bénéficiaires ?… Autant d’interrogations savamment distillées ici ou là pour mettre la pression sur les défenseurs du télétravail. Le questionnaire adressé aux managers de télétravailleurs est également révélateur. Tout est fait pour que les inconvénients du télétravail soient mis en avant. Et au cas où nos collègues managers ne sauraient pas quoi critiquer, quelques exemples de désavantages sont proposés dans le questionnaire. Le message semble clair : évitons de mettre en avant un seul avantage du télétravail !

Un allié inespéré ?

Mais la Direction n’est pas la seule à s’activer sur le front anti-télétravail. SUD, historiquement opposé au dispositif, est récemment monté au créneau via les questions DP. En soit il n’y a rien de critiquable à ce qu’une organisation syndicale soit opposée à cette forme de travail. C’est son droit le plus strict. Mais le faire en mettant en cause le soi-disant non-respect des procédures de la part de collègue(s) et jeter l’opprobre sur les télétravailleurs (et donc des salariés) nous interroge. La délation ne nous semble pas avoir sa place dans l’argumentaire syndicale. De vrais questionnements

Nous ne nions pas pour autant que de réelles questions se posent quant à cette forme de travail. Comment accompagner au mieux les managers dans cette forme nouvelle d’encadrement ? Quelle organisation du travail entre les télétravailleurs et les non-télétravailleurs ? Quels outils techniques pour un télétravail efficace ?

Ces questions avaient été soulevées lors de la négociation initiale et ont été rappelées lors des commissions de suivi auxquelles la CFTC participe. La CFTC s’est attachée à ce que des réponses concrètes y soient apportées. Concernant l’aspect technique, la Direction nous a toujours répondu « laissons passer le temps de l’expérimentation pour mettre en place, si besoin, des techniques plus évoluées et adaptées, par exemple pour la bascule téléphonique ».

Une position inflexible !!!

La CFTC a bataillé 4 ans pour que le télétravail puisse voir le jour à l’Ucanss et ne soit pas uniquement réservé à celles et ceux qui ont pu en bénéficier au moment du déménagement au Valmy.

Et nous continuerons !!!

L’expérimentation n’a jamais représenté une fin en soi. Nous souhaitons un télétravail accessible à tous. Accessible et bénéfique à tous, télétravailleurs comme non télétravailleurs.

L’équipe CFTC Ucanss

Publié dans Vie de l'Ucanss | Pas de Commentaire »

 

InfoLIGUE 51 |
amicalelaiquebouee |
agapeprotectionchevaux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sos chien en detresse
| Association VHMA
| merselkebir1940